Aller au menu principal
Centre du Florès.
Accueil  >  Soutien à la personne  >  Témoignages

Témoignages

 

Pareil pas pareil Ce lien s'ouvre dans une nouvelle fenêtre

En partenariat avec L’Arche Canada, l’Association des Arches du Québec vient de lancer un site Web mettant en vedette sept personnes vivant avec une déficience intellectuelle. Ces personnes prennent la parole et s’expriment en toute franchise, répondant aux questions que tout le monde se pose sur la « différence » et la « normalité », sur les défis de la vie avec un handicap et le désir de vivre comme tous, sur le besoin de se sentir utile et la volonté d’apprendre, et enfin sur l’importance d’aimer.

Marie-Pierre, David, Gisèle, Emmanuel, Marie-Josée, Paul et Vincent invitent la population à ce dialogue en ligne sur le fait d’être pareil, ou pas tout à fait pareil. Vous sentez-vous normal ou différent?


Lettre à nos enfants

 Recueil de témoignages de parents  (4.2 Mo)

Ce recueil a été réalisé par les parents afin de nous faire découvrir leur enfant à travers leurs yeux.  L'équipe Enfance-Famille du Centre du Florès vous remercie pour ces témoignages.


Alyce au pays des merveilles; Autisme

Tes silences lourds de sens.  Tes "Je t'aime" doux comme de la laine.  Ta beauté, tes sourires, toi ma belle Alice.  Toi et l'autisme, ton corps dans un prisme.

Ce corps qui grandit, qui accompagne le cheminement de l'esprit, l'étincelle de vie, l'euphorie, le pétillement qui te définit.

Milles ressources au détour afin de te percer à jour.  Plusieurs appels de détresses suivis de temps d'ivresse.  Au tournant de la vie, j'ai dû me remettre en question.  Au tournant de la vie, je réalise toutes les transformations, l'ampleur de l'adaptation.

Tu es un enfant, tu es mon enfant et bien que tu ne m'appartiennes aucunement, permets moi encore de te bercer tendrement...


La fierté d'être un parent d'un enfant différent...

Ouf!  Tous un énoncé que celui d'oser prétendre que l'on peut être fier d'être parent d'un enfant handicapé...  Alors que dans notre société axée sur le dogme de la perfection et de la performance, on souhaite mettre au monde des enfants parfaits ou tout au moins "dits normaux".

La vie étant ce qu'elle est, elle nous réserve des surprises qui font en sorte que nous sommes parfois contraints d'apprendre à vivre avec la différence...

La fierté d'être parent d'un enfant différent se développe au fil du temps, au fil de l'expérience qui nous apprend à mieux apprivoiser et apprécier la différence.

Je suis fier d'être et d'avoir été le père d'une merveilleuse fille qui a su, tout au long de son cheminement, nous faire apprécier la grandeur et l'éloquence de la simplicité dans sa détermination et son courage à vouloir vivre au-delà de ses limitations, de la frénésie du quotidien.  Un quotidien où le sourire radieux de son être savait dissiper nos craintes, nos peurs et notre désarois.  Son amour inconditionnel savait nous rallier à des valeurs humaines axées sur l'être plutôt que le paraître...

Aujourd'hui, elle est décédée, sa présence nous manque énormément.  Nous nous sommes interrogés ensemble, sa mère, ses soeurs et moi-même, sur le fait que si Isabelle avait été "normale", est-ce que nous l'aurions autant appréciée et aimée.  Sûrement!  Mais le fait d'avoir partagé son vécu de personne handicapée, de l'avoir supportée, encouragée dans sa lutte perpétuelle d'amour inconditionnel et de dépassement de soir pour vivre pleinement le quotidien.  Nous sommes plus fiers de l'avoir côtoyée ainsi que nous avons ensemble apprécié baigner dans l'essentiel... Son héritage est précieux, il est celui de la richesse du coeur et du courage.  Son sourire magique continue à habiter notre être et nous donne la force de passer à travers nos petites misères.

Merci d'être toujours là, nous sommes fier de toi.
Ton père Raynald et ta famille.


Les étoiles filantes

Être un parent d'un enfant ayant une déficience intellectuelle, c'est une expérience merveilleuse et à la fois toute aussi douloureuse.

Après l'annonce du diagnostic, c'est le choc, comme si le rêve venait de s'écrouler.  Petit à petit, on apprend à vivre que la vie nous impose.  L'amour et les petites lueurs d'espoir qu'on découvre chez l'enfant, sont le carburant qui nous donne l'énergie de continuer.

Comme c'est un contrat à vie, très souvent l'épuisement se manifeste, et lorsque l'on regarde la réalité de l'enfant, l'inquiétude que l'on vit au quotidien, à savoir si je quitte ce monde avant lui, qui s'occupera de lui?  Comment on va s'en occuper?  Pourquoi on va s'occuper de lui?  Quels en seront les véritables intérêts?  Quand on sait que ces enfants sont les plus démunis de la société, ils sont à la merci des autres, ils n'ont pas les moyens de se défendre.

Aujourd'hui, mon fils à 21 ans.  Même s'il est plus autonome, je ne peux partir et le laisser seul une fin de semaine.  Que dire de la situation de certaines familles, où l'enfant est lourdement handicapé, et dont les parents ne savent plus ce que veut dire le mot vacances...

Très souvent, la réalité que l'on vit dans la société, sous les regards d'indifférence et parfois de rejet, les railleries, produisent un effet d'isolement, alors qu'un peu de respect, de compréhension et d'acceptation allégeraient notre fardeau.  

Depuis la naissance de mon fils, j'ai constaté que moi, en tant que parent je vis la même réalité que lui.  Nous sommes tributaires de la bonne volonté de ceux qui ont le pouvoir.  Lorsque l'on tente d'apporter des changements, on devient dérangeant pour le système.

Mon expérience de vie avec Mathieu, ainsi qu'à partir de témoignages de parents d'enfants handicapés, m'ont amené à écrire une réflexion que je désire partager avec vous.  Comme nos enfants sont parfois difficiles à comprendre, tantôt tout semble clair et tout à coup, c'est comme si un brouillard venant obscurcir la réalité, c'est pourquoi, il m'est venu la comparaison entre un enfant handicapé et une étoile filante...


Dernière mise à jour le : 01 octobre 2015


© Gouvernement du Québec 2017